Anti-Corruption Certification

To get certified

J’ai trois vœux en ce qui concerne la lutte contre la corruption en 2018.

40 ans après la publication du FCPA et 20 ans après la signature de la Convention OCDE, l’année 2017 a été marquée par plusieurs développements en matière de lutte contre la corruption.


Et si ces faits, encore isolés pour l’instant, pouvaient se généraliser et devenir la règle, je pourrais, nous pourrions rêver d’un monde où la corruption reculerait réellement. Et mon rêve serait que ces trois vœux deviennent réalité en 2018.

J’ai un rêve que le jour viendra où les politiciens et hommes d’affaires corrompus ne seront jamais à l’abri de poursuites judiciaires

L’intensification en 2017 des enquêtes et des poursuites engagées par le Brésil à l’encontre de dirigeants de grandes entreprises, et de politiciens ou de hauts fonctionnaires, est particulièrement significatif. 

La condamnation de Lee Jae-Yong, le PDG de l’entreprise emblématique de Corée, Samsung Electronics, et les poursuites engagées contre l’ancienne dirigeante du pays, Park Geun-Hye, sont des faits également marquants.

Que des pays comme le Brésil et la Corée – appartenant au club des pays les plus avancés que constitue l’OCDE – osent courageusement mettre en cause leurs élites, quel qu’en soit le coût politique, économique, ou d’image publique mérite d’être salué et d’être mis au crédit d’une volonté de transparence démocratique intraitable.

Il est tout aussi encouragent de voir en Asie et dans des pays du Moyen Orient, une multiplication d’arrestations pour corruption.
Puissent ces exemples être le signe tangible que personne ne peut se prévaloir être au-dessus des lois anti-corruption même si on est la tête d’un pays ou d’une multinationale.

J’ai un rêve qu’un jour personne n’aura peur de lancer une alerte

L’année 2017 a vu de nombreux pays renforcer leur système de lanceur d’alerte et leurs dispositifs de protection des lanceurs d’alertes. Ces développements ne se sont pas limités aux pays signataires de la Convention OCDE, comme la France, mais aussi à des pays émergents comme la Tunisie.

Si dans tous les pays, non seulement nul n’avait plus peur de révéler des faits de corruption dont il serait témoin, mais considèrerait qu’il est de son devoir de le faire pour protéger ce bien commun qu’est l’intégrité alors la peur serait du côté des corrupteurs et des corrompus.

Il s’agit là d’une priorité que le Président de Groupe de travail de l’OCDE, Drago Kos, a clairement identifiée en lançant un appel solennel à l’occasion de la réunion célébrant les 20 ans de la Convention pour protéger les whistleblowers.

J’ai un rêve que le jour viendra où personne ne mourra pour la simple raison d’avoir eu le courage de lutter contre la corruption

En 2017, beaucoup de courageuses personnes sont décédées parce qu’elle s’était donnée comme mission de lutter contre la corruption.

Deux agents de l’agence d’anti-corruption de Kaboul ont été tués en avril et un agent du Financial Crimes Agency de Lagos au Nigeria a été exécuté en juin.

Des journalistes aux Maldives, au Mexique et à Malte ont été tués en avril, juin, et octobre parce qu’ils enquêtaient sur des cas de corruption.

Le prix élevé qu’ils furent obligés de payer démontre l’utilité de leur mission dans le combat contre la corruption. Que le souvenir de leur sacrifice soit gravé dans nos mémoires.

***
Le rêve de Martin Luther King est devenu réalité parce qu’il était partagé par des millions de personnes.

Partageons le rêve d’un monde où la corruption serait un crime d’exception et non une règle tolérée.

About Philippe Montigny

badge philippe bio

Philippe Montigny is the founder of ETHIC Intelligence, a leading anti-corruption certification agency that has been certifying companies since 2006. He is currently the Chairman of the Technical and Impartiality committees and has over 20 years of experience in anti-corruption compliance, beginning at the Office of the OECD Secretary-General, for which he was involved in the ministerial negotiations that led to the OECD Anti-Bribery Convention in 1997. Philippe Montigny was also a co-drafter of the compliance management system standard (ISO 19600) published in 2014 and of the anti-bribery management system standard (ISO 37001) published in 2016 and served as ISO liaison officer between the two.

Read more ...

Search

Follow Experts

Give us your email to be notified of the latest posts.